alaba village

Alaba est l’un des woredas spéciaux de la Région des nations, nationalités et peuples du Sud, lové dans les hauts plateaux du centre de l’Éthiopie, à 242 km de la capitale. Le village Alaba Kulito s’y trouve : une escale des plus appréciées lors de la traversée de la Vallée du Grand Rift. Hormis sa délicieuse verdure, la présence du lac Shalla au nord-est et du fleuve Bilate à l’ouest donne un cadre pittoresque à ce bourg, peuplé depuis toujours par les Halabas. Le village est connu pour la peinture ornementale qui sublime ses huttes traditionnelles en bois ou en terre battue. Gravir le mont Bubisa, déambuler dans un marché haut en couleur, admirer les flamants roses du parc national Abijatta-Shalla, prendre un déjeuner continental… Arrêtez-vous le temps d’une journée au village d’Alaba Kulito, une détente nature à moins de 5 heures de route d’Addis-Abeba.

Histoire

Alaba faisait partie de la zone Kembata Tembaro jusqu’en 2002 où il devint autonome en obtenant le statut de  woreda ou district spécial.

Alaba Kulito est à la fois le chef-lieu administratif et la plus grande ville d’Alaba. Au cours du xxe siècle, elle a connu un rayonnement culturel incontestable, de par ses institutions coraniques qui ont rassemblé plus d’un millier d’étudiants.

Le village d’Alaba aujourd’hui

La petite bourgade d’Alaba Kulito a été construite vers la fin du xixe siècle, plus exactement en 1895. Elle est située au sud-ouest du lac Shalla et traversée dans sa partie ouest par le cours d’eau Bilate.

La population du village est actuellement estimée à 27 350 habitants. La vie culturelle y est fascinante, avec des groupes ethniques parlant leur propre langue, régis par leurs propres mœurs, mais unis par la même passion de la peinture murale.

L’économie locale repose principalement sur l’agriculture, l’élevage bovin et l’apiculture. Le poivron rouge est le produit roi de la localité. Des dizaines de tonnes sont expédiées chaque semaine à destination d’Addis-Abeba, de Shashemene et de Dessie. Ces dernières années, beaucoup d’ethnies ont renoncé à la vie nomade des bergers, laissant la houlette pour prendre la bêche. Les plantations de maïs, de poivre, de teff et de sorgho s’étalent à perte de vue au grand bonheur des promeneurs. Toutefois, malgré la croissance vigoureuse du secteur agricole, le village souffre péniblement de l’exode rural et du chômage. Le tourisme qui anime la vallée du Grand Rift est, par conséquent, une planche de salut pour les petits paysans.

La décoration des habitations : une tradition établie

Où que le regard se pose, on ne peut s’empêcher d’être ébloui par l’esthétique des cabanes traditionnelles. Les gens vivent simplement dans des huttes en bois ou en terre battue coiffées d’un toit de chaume. Rien d’original au premier abord. Mais, en s’approchant de plus près, vous remarquerez que les murs des maisons sont décorés avec élégance. Chez les peuples Halaba, la peinture murale est un signe de réussite matérielle et de prestige. Le rouge, le noir et le blanc sont les couleurs de base utilisées. Le peintre représente des fleurs, des plantes originaires de l’Éthiopie ou des motifs plus sophistiqués comme une femme en train de traire la vache. D’un style unique, la décoration à l’intérieur et à l’extérieur des cabanes est l’un des traits les plus évocateurs de la civilisation Alaba.

Le marché communal d’Alaba

Pour s’enivrer de l’ambiance villageoise d’Alaba, il faut faire à tout prix une virée au marché hebdomadaire. Tous les jeudis, une foule impressionnante s’y donne rendez-vous pour se rencontrer, apprendre les dernières nouvelles, mais surtout pour écouler leurs produits : céréales, beurre, farine, lait, miel, poissons, et une variété de fruits tropicaux… Le touriste y trouvera tous les délices du terroir. En effet, le marché d’Alaba compte parmi les plus grands marchés à ciel ouvert d’Éthiopie.

Mont Bubisa

Les amateurs d’alpinisme, d’adrénaline ou de falaises vertigineuses apprécieront certainement de gravir le mont Bubisa, qui figure dans le palmarès des points culminants éthiopiens.

Parc national d’Abijatta-Shalla

Plus au nord-est se trouve le merveilleux parc national d’Abijatta-Shalla, d’une étendue de 887 km2, avec ses lacs riches en poissons et ses piscines naturelles au pied des cascades. Même si la faune sauvage a considérablement baissé à cause du surpâturage illégal pratiqué par les éleveurs de bétail, le parc continue d’être un paradis des randonneurs. Les rivages des deux lacs sont fréquentés par les colonies de pélicans, d’aigrettes argentées, de flamants roses et bien d’autres oiseaux. Le spectacle des flamants roses qui tournoient sur elles-mêmes en plongeant leur bec dans l’eau participe au rayonnement international du parc.

Climat

Le village d’Alaba est caractérisé par un climat tempéré. L’influence de l’altitude garantit un temps frais et agréable toute l’année ; la température, relativement constante, varie de 17,6 à 22,5 °C. En revanche, les pluies peuvent constituer un souci pour les voyageurs. Il tombe en moyenne entre 601 et 1 200 mm de précipitations par an.

Le meilleur moment pour partir en vacances à Alaba est à rechercher durant la saison sèche qui commence en octobre et prend fin au mois de mai. Les visiteurs n’auraient à leur trousse que de pluies brèves et rarement intenses.

Comment s’y rendre ?

Pour se rendre à Alaba, deux options sont possibles : l’avion ou le transport terrestre.  Pour éviter les longs trajets, le voyage par air est conseillé à l’intention de ceux qui souhaitent visiter les tribus de la vallée de l’Omo. L’avion décolle à l’aéroport d’Addis-Abeba et atterrit à l’aéroport d’Arba Minch. Sinon, le voyage en 4x4 ou en minibus au départ d’Addis-Abeba constitue une deuxième option.

Village
0 photos

Bonjour

Je suis Anna de "Ethiopia Traditions Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+251 960 800 960