L'Éthiopie : une terre de trekking

L'Éthiopie : une terre de trekking

26 août 2019

Hors d’âge, énigmatique et sauvage, l’Éthiopie frappe l’imagination des voyageurs de tous les temps. S’il existe un endroit où le trekking revêt tout son sens, c’est la patrie de Lucy. Des monts Simien à la cité de Gondar, des îles monastères du lac Tana au rassemblement unique d’églises et de galeries souterraines de Lalibela, en passant par la vallée du Grand Rift… Fidèle à sa tradition, l’Éthiopie décline écotourisme, plaisirs de la randonnée et rencontres culturelles.

Au nord de l’Ethiopie

Déclarés parc national en 1959, les monts Simien sont historiquement associés au voyage et à l’aventure. Ce massif montagneux, où s’alternent falaises, prairies alpines, landes et gorges accidentées, dévoile « l’un des paysages les plus spectaculaires du monde », selon les propos de l’Unesco. En arrivant au Ras Dashen, le point culminant de l’Éthiopie, les grimpeurs se sentiront comme le maître de l’univers. Les experts en biologie seront ravis d’y reconnaîtrele babouin Gelada, le gypaète barbu et le bouquetin d’Abyssinie, qui sont introuvables nulle part ailleurs.

  L'Éthiopie : une terre de trekking  

A quelques kilomètres du parc des monts Simien, Gondar, l’ancienne capitale du royaume d’Abyssinie, ne manque pas d’intérêt. Lorsque Fasiledas prit la tête du royaume, il fit ériger des châteaux, chefs-d’œuvre d’architecture et de défense militaire, pour se protéger des envahisseurs ottomans. Découvrez le palais de Fasilidas, les bains royaux, ainsi que l’église Selassié, le plus bel édifice chrétien de l’Éthiopie avec son plafond couvert de visages d’anges souriants.

Près de Bahir Dar, les chutes de Tiss Abay, connues autrement sous le nom de chutes du Nil Bleu, sont un but favori du trekking. Le chemin pour y accéder passe par un pont portugais du xvii e siècle et descend dans une vallée fertile couverte de plantations de céréales et de café. Haute de 45 mètres et large de 400 mètres, la chute du Nil Bleu forme un rideau d’eau étincelant où se plaisent à jouer les singes et les oiseaux. De retour au village, on pourra visiter une ferme de café.

Pour un trekking inoubliable au nord de l’Ethiopie, ne passez pas à côté du lac Tana. Sa superficie de 3 630 km2 en fait le plus grand lac de l’ Éthiopie. La balade en bateau vous plaira ; les tankwas sont des embarcations légères fabriquées à partir de papyrus géantes. Pêche, observation d’oiseaux, randonnée à pied dans les îles monastères… Le choix est large !

Au sud du lac Tana, la ville verdoyante de Gojam, chef-lieu de la région d’Amhara, est incontestablement un paradis des marcheurs. Elle est célèbre pour la production du teff. Une promenade pacifique jusqu’aux villages est intéressante pour apprendre comment le teff se cultive, se moissonne ou se cuisine en Éthiopie. Les plus sportifs s’aventureront dans les forêts d’altitude et graviront le mont Choke, l’un des plus hauts sommets du Gojam qui s’élève à 4 100 m.

  L'Éthiopie : une terre de trekking  

Lalibela , la Jérusalem noire, est un incontournable des circuits de trek en Éthiopie . Avec ses antiques églises taillées dans la roche rouge et son enfilade de galeries souterraines, ce site sacré vaut la peine d’être découvert. L’accès de Lalibela demande un parcours éprouvant en montagne où montées et descentes s’alternent dans un relief profondément échancré. Perchée à plus de 2 600 m, la pieuse bourgade présente des églises de forme cylindrique, dont les noms seuls invitent à l’humilité et au recueillement :« la maison de Marie »,« la maison du Sauveur du Monde »,« la maison des Vierges », ou, plus au sud, « la maison de Gabriel-Raphaël »… Pour construire ces temples, des blocs de roches ont été excavés, puis finement sculptés pour façonner des portes, des ouvertures et des colonnes… Le site témoigne de l’importance du patrimoine médiéval transmis par le christianisme éthiopien.

Enfin, le trek au nord de l’Ethiopie est incomplet sans y inclure le village utopique d’Awra Amba, une communauté connue pour leur vision de développement égalitaire et équitable sans tenir compte des différences de religion. Au programme : balade dans les plantations de tef, visite de l’école, des centres de tissage ou des habitations.

Addis-Abeba, une capitale en plein développement

  L'Éthiopie : une terre de trekking  

Donnez-vous une demi-journée pour faire le tour de la capitale éthiopienne. Métropole industrielle et commerciale, Addis-Abeba est aussi la ville la plus haute de l’Afrique. Un trek dans les montagnes Entoto s’impose si vous voulez vous mettre au vert et respirer le grand air. Une vue imprenable sur toute la ville récompensera nos grimpeurs, une fois parvenus à son sommet de 3 000 m.

Addis-Abeba se vante de trois monuments dignes d’intérêt : le palais de Ménélik II, le plus vieil édifice de la capitale, qui abrite les dépouilles des membres de la famille royale ; le Musée national dans lequel il faut découvrir le fossile du célèbre Lucy, et la cathédrale de la Sainte-Trinité dont la brillante façade baroque suscite l’admiration. Ne partez pas sans avoir visité le bazar à ciel ouvert de Merkato, où tout se vend à des prix adaptés à toutes les bourses.

Au sud de l’Ethiopie

Le trek dans le Grand Sud éthiopien ouvre la porte à un autre monde. Les voitures y cèdent la place aux animaux, les pantalons aux pagnes, et les téléphones aux lances. En traversant la vallée du Grand Rift, les touristes seront enchantés de voir un ensemble géologique spectaculaire : failles, canyons accidentés, gorges, éboulis de roches…

  L'Éthiopie : une terre de trekking  

Chemin faisant, une diversité de groupes tribaux se réfugie derrière les bourgs montagneux, revendiquant le droit de garder un mode de vie simple et en harmonie avec la nature. Durant votre trek, vous ferez contact avec les Konso, connus pour leurs plantations en terrasse, les peuples Dorzé, d’anciens indomptables guerriers qui se sont reconvertis à la vie paysanne, ainsi que les Mursi, dont les femmes à plateau ont fait parler d’elles aux quatre coins de la planète.

Au gré de vos rencontres tribales, le tourisme vert sera inséparable de l’aventure étant donné le grand nombre de parcs nationaux que compte le sud de l’Éthiopie. Du parc d’Amora Gebel et des lacs Abiata et Shalla – habitat de choix des flamants roses ̶ au parc national de Mago – les ongulés, tels que les éléphants et les girafes, y sont la vedette, vivant au côté des crocodiles, des poissons et de 150 espèces d’oiseaux – les sanctuaires de vie sauvage de l’Ethiopie font figure d’autorité dans le domaine du trek et de la randonnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Anna de "Ethiopia Traditions Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+251 960 800 960